samedi février 24, 2018

News Feeds:
Note utilisateur:  / 1

Parfois, ce que vous êtes parle si fort que l’on n’entend plus ce que vous dites. Dans le cas d’Adrien HOUNGBEDJI et de Nicolas SARKOZY, il serait peut-être plus juste de remarquer que : « Ce que vous êtes par la voix de presse est si fort que l’on n’entend plus ce que vous dites par voie de presse ». La preuve ? 

Note utilisateur:  / 2

Me Adrien Houngbédji fait de parties des leaders politiques qui ont marqué l’histoire politique de notre pays ces vingt dernières années. Victime d’intoxication et de médisance politique, Me Adrien Houngbédji n’est parfois pas compris de certaines populations. Tout le monde devient amnésique à son égard. Et pourtant, c’est derrière sa position que tous s’alignent lorsque la nation est en danger. Voici en partie ce qu’on ignore du parcours politique de l’Homme qui a plusieurs reprises a mis fin aux rêves des adeptes de la pensée unique.

Note utilisateur:  / 0

       Quelques heures avant la publication de la liste du 2ème gouvernement du régime de la Refondation sous Yayi II, le Prd de Me Adrien Houngbédji a rendu public un communiqué fracassant pour expliquer son refus d’entrée au Gouvernement.  Le lendemain, le pouvoir par, presse interposée, a réagi en taxant Me Adrien Houngbédji d’exigeant à la solde de deux postes ministériels. Pour apporter plus d’éclairage au sujet des raisons qui ont amené le Prd a décliné l’offre du président Yayi, dans cette interview, Dr François Ahlonsou, secrétaire national de la jeunesse Prd et conseiller municipal à la mairie de Porto-Novo, a accepté d’aborder ce sujet et d’autres de l’actualité politique béninoise. 


    Quelle lecture faites-vous de la dissolution de l’ancien Gouvernement et la formation de la nouvelle équipe gouvernementale du Président Boni Yayi ?

    Je crois que la dissolution du Gouvernement est une reconnaissance tacite que le Bénin est en crise politique. C’est une opportunité que le Chef de l’Etat devrait saisir pour se mettre au dessus de la mêlée et devenir un grand rassembleur de toutes les forces politiques. Mais je crois qu’on a raté cette opportunité, car ce qui est sorti comme Gouvernement est une déception. Ceci parce que ce n’est pas à ce Gouvernement qu’on doit s’attendre après cette dissolution inédite. On ne peut pas faire une dissolution du Gouvernement et après sortir ce que nous avons comme Gouvernement.  Si vous faites une vox populi, vous allez constater qu’il y a une déception et un doute au sein des populations dès que le Gouvernement a pris service ; et au premier conseil des ministres, vous avez constaté comme moi que le Chef de l’Etat a dit à ses ministres que le peuple doute de leurs compétences, donc c’est à eux de relever le défi. Moi je dois vous dire, en tant  que citoyen et en tant que membre du PRD, que nous venons de rater une opportunité de rassembler et d’apaiser la tension politique nationale. C’est ça qui est le point de vue du parti après toutes les tractations et discussions que le Président de la République a eu es avec le Président Adrien Houngbédji. Nous au PRD, nous avons eu trois grands rendez-vous,  à savoir : l’université de vacances de septembre 2011, le congrès de février 2012 et l’université de vacances de 2012, suivis de séminaires sur la révision de la constitution et sur la Lépi qui ont  permis au parti d’analyser la situation sociopolitique et économique du pays. Nous nous sommes dit que si nous sommes sollicités par le Chef de l’Etat, c’est une occasion pour lui de rassembler en une journée les FCBE, la RB, l’UN et le PRD au cours d’un forum où il prend la parole pour exposer les difficultés actuelles. Il s’agit d’unetable ronde que le congrès du PRD en février 2012 a souhaitée à travers une résolution.

 

Note utilisateur:  / 0

Dr Ahlonsou à propos du refus du Prd d’entrée au Gouvernement   « Yayi a proposé un poste ministériel  le Prd exige préalablement un dialogue inclusif»

Note utilisateur:  / 5

Quel souvenir les jeunes générations africaines gardent-elles des figures historiques et politiques célèbres telles que N’krumah, Kenyatta, Nyereré, Boganda, Lumumba, Senghor, Modibo Keïta, Houphouët-Boigny ? En vérité, cette génération d’Internet et de la vidéosphère sait très peu de choses sur ces « monuments » de l’histoire africaine contemporaine.
Actuellement, seul Nelson Mandela occupe le haut du pavé dans le panthéon politique des jeunes africains. Mais pourquoi assistons-nous à un tel état de fait ?

 

Connexion

Fil de navigation

AccueilAccueil /  La tribune Libre des militants et sympathisants

Statistiques

Visiteurs
6
Articles
346
Liens internet
49
Compteur d'affichages des articles
614487

Qui est en ligne

Nous avons 196 invités et aucun membre en ligne

Copyright © 2018. Parti du Renouveau Democratique. Designed by Shape5.com Joomla Templates