samedi mai 26, 2018

News Feeds:
Note utilisateur:  / 0
plume 'édito du Secrétaire Général

"Des vœux particulièrement amers ?"

 

Porto-Novo,  le 30 Décembre 2013

 

Tout le pays aurait préféré une fin d'année de gaieté, d'échanges de bons vœux et d'innocence joyeuse pour les petits enfants. Ne retenir que les moments de fête et de réjouissance comme le veut la tradition. Hélas! Même pas de trêve de fin d'année pour les Béninois; ce petit moment de relâchement et d'insouciance généralement observée au mois de décembre. D'où la complexité de toute opération de formulation de vœux dans un contexte aussi pénible pour l'ensemble de la nation.

SG

En effet, des vœux pour des syndicalistes encore sous traumatisme d'une répression sanglante ne pourraient avoir les mêmes senteurs que pour des privilégiés d'une République de plus en plus inégalitaire, en proie à la division et à la corruption. 

 

L'idéal vraiment aurait été de ne pas verser dans la politicaillerie, le temps de voir passer les derniers jours de 2013. Sauf qu'il est de la responsabilité des acteurs de la vie publique de toujours intégrer à travers leurs actes quotidien, l'état d'être du citoyen. Ce que traduisait si bien le président Houngbédji dans un de ses ouvrages: "Il n'y a de richesses que d'hommes". La richesse du Bénin est d'abord ses fils, très attachés à la préservation des acquis de la démocratie obtenus au prix de grands sacrifices. Les bâtisseurs du renouveau démocratique avaient toujours eu en esprit le rayonnement du pays dans le concert des nations sans oublié le bien être des citoyens. Le moment est donc venu de s'interroger sur ce qui reste de cet héritage pendant que la tenue des élections municipales accusent déjà près d'un an de retard et qu'on ne voit venir aucune perspective pour le rendez-vous des législatives prévues dans un an, en 2015.

 

C'est l'occasion de rappeler encore une fois les approches du PRD face à la grisaille socio-politique. En réitérant le vœu de voir les fils de ce pays réunis autour des défis majeurs de l'heure. L'objectif est de maintenir le Bénin au rang qui devrait être le sien au plan régional et international. Il est donc question de faire en sorte que la dignité de l'homme béninois ne souffre d'aucune souillure du fait d'une gouvernance approximative et sans repères. Face aux grands défis, il ne reste que les vœux de redressement et d'espoir. Une mission qui n'est certainement pas hors de portée des Béninois quand bien même la route est encore très longue et parsemée d'incertitudes.... "Le Bénin n'a de richesses que les Béninois"

Wabi  KARIM FAGBEMI

Sécrétaire Général du Parti du Renouveau Démocratique

 


Note utilisateur:  / 1
plume 'édito du Secrétaire Général

"L’histoire de Houngbédji est connue.

Porto-Novo,  le 20 novembre 2013

Deux fois présidents de l’Assemblée nationale, plusieurs fois députés, élu premier maire de Porto-Novo sous l’ère du renouveau démocratique, deuxième aux deux dernières présidentielles dans les conditions connues de tous les Béninois y compris les vainqueurs eux-mêmes.

SG

Très peu d’hommes politiques encore en activité ou non peuvent se vanter d’un tel parcours aux antipodes des insinuations de quelques agitateurs lancés sur les pavés de Porto-Novo et incapables de désigner nommément leur cible. Face à la peur des commanditaires de se dévoiler, on aurait pu leur opposer le silence mais en tant que Secrétaire général du Prd et très proche collaborateur du président Adrien Houngbédji depuis plusieurs années j'ai senti le devoir de partager quelques aspects de ce que je connais de l’homme et que connaissent certainement des millions de compatriotes.

 Tous les députés de la première législature se souviennent de ce coup de tête de leur président qui, en 1992 a décidé, en une nuit, de déménager l’Assemblée Nationale au Palais des Gouverneurs, alors que celle-ci était à Cotonou et ne venait à la MIC (Maison Internationale de la Culture) à Porto-Novo que pour les plénières. Il va œuvrer à la suite de ce déménagement à sa réhabilitation par la coopération française. Lorsque le président Houngbédji est redevenu président de l’Assemblée nationale (1999-2003) il a fait voter dans le budget de l’Assemblée nationale la construction à Porto-Novo d’un nouveau siège de l’institution en 2002. Le site envisagé était le terrain situé  derrière le Palais des Gouverneurs et derrière le terrain omnisports du Stade Charles de Gaulle, propriété de l’Etat. Mais le gouvernement d’alors s’y est opposé estimant que la construction d'un nouveau siège du parlement ne relevait pas des prérogatives de l’Assemblée nationale. Ce qui a permis à des pseudo-sage de faire changer le site initial afin de bénéficier de substantielles indemnités d’expropriation à l'origine de la honte de l’actuel chantier en souffrance au bord de la lagune. Le Président Houngbédji a également permis l’installation du siège de la Haute cour de justice à Porto-Novo en affectant le domicile officiel du président de l’Assemblée nationale à cet effet. Les documents qui l’attestent sont disponibles dans les archives du Secrétariat Général de l’Assemblée Nationale.

 Son bref passage au gouvernement (1996-1998), en tant que premier ministre a donné lieu à l'élaboration par son cabinet du Programme spécial de réhabilitation de la ville de Porto-Novo. D'autres projets ont vu le jour grâce à la détermination de ce premier ministre que l'on disait "kpayo". Ainsi ont été mis en chantier la Cour Suprême à Porto-Novo, le nouveau Stade Charles de Gaulle sur le même site que l'ancien, le marché de  OUANDO financé et réalisé par la Coopération française, l'accord de financement du premier PGUD déclencheur des pavages des rues à Porto-Novo, le collecteur de OUINME etc...Permettez moi de ne pas évoquer les actes posés à titre personnel par le président Houngbédji aussi bien pour des Porto-Novien que pour d'autres compatriotes avant, pendant et après son exile. L'amour pour sa ville et son pays n'a jamais été un mythe.

Sans nul doute ce parcours du président Houngbédji  a largement contribué à la plupart des réalisations en faveur du développement de la ville de Porto-Novo ces vingt dernières années. Comment peut-on alors insinuer que le président Houngbédji n’a rien fait pour le développement de son pays en général et de Porto-Novo en particulier ?


Wabi  KARIM FAGBEMI

Sécrétaire Général du Parti du Renouveau Démocratique

 

Connexion

Fil de navigation

AccueilAccueil /  Editos

Statistiques

Visiteurs
6
Articles
347
Liens internet
49
Compteur d'affichages des articles
673613

Qui est en ligne

Nous avons 175 invités et aucun membre en ligne

Photothèque

Copyright © 2018. Parti du Renouveau Democratique. Designed by Shape5.com Joomla Templates