dimanche octobre 21, 2018

News Feeds:
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

«…il faut être naïf, pour ne pas comprendre que depuis le 6 avril 2016, que le Président a essayé de tenir un langage politique….»

Le lundi 10 avril dernier, le président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji a prononcé un discours à l’occasion de l’ouverture de la première session ordinaire de 2017 au Palais des gouverneurs à Porto-Novo. A cette occasion, l’honorable Idrissou Bako s’est prononcé sur ce discours.

Lire ci-dessous ses propos:

" …C’est un discours qui redonne la confiance entre les députés. C’est un discours qui nous met devant nos responsabilités par rapport à la suite des travaux. Ce que j’ai retenu aussi, c’est que le président de

l’Assemblée nationale a rappelé les évènements par rapport à la prise en considération du projet de révision de la Constitution. Je crois que le débat était un débat démocratique et la question du rejet, tout le monde le reconnait, est une disposition constitutionnelle. Dans le discours du président, j’ai constaté qu’il a voulu qu’on prenne en considération la volonté du peuple béninois qui n’est rien d’autres qu’une volonté de développement, une volonté d’amélioration du panier de la ménagère, et une volonté d’emplois pour les jeunes. Pour nous qui avons voté contre le projet de révision de la Constitution, l’un des arguments que nous avons avancés, c’est le mieux-être de nos populations. Nous avons dit que nos bases que nous avons consultées nous ont dit qu’il y a plus urgent que la révision de la Constitution. Ceci étant, le Programme d’action du gouvernement (Pag) allant dans le sens de l’amélioration des conditions de vie de nos populations, ce serait une contradiction pour nous si nous ne l’accompagnons pas. Donc, nous allons accompagner toutes actions allant dans le sens du mieux-être du peuple béninois…Pour ce qui concerne la question de révision de la constitution, la question de mandat unique, tenue par le Chef de l’Etat. Moi j’ai fait la politique depuis que j’étais étudiant. Je dirai depuis que j’ai été élève. J’ai été responsable de classe, j’ai été responsable au conseil central des associations des étudiants, quand j’étais à l’université. Donc, je suis un politicien formé sur le tas. Vraiment, il faut être naïf, pour ne pas comprendre que depuis le 6 avril 2016, que le Président a essayé de tenir un langage politique. Pour moi, quand il a dit, je prône le mandat unique, j’ai un transformateur dans mes oreilles qui m’a fait écouté ‘’je veux d’un mandat, sinon plus’’. C’est ce que moi j’ai compris. Quand on parle de mandat unique, j’entends plusieurs mandats, sinon plus… »

Éméric Joël ALLAGBE

Affichages : 171
Copyright © 2018. Parti du Renouveau Democratique. Designed by Shape5.com Joomla Templates